CALAMS BÉARNAIS 2016


Devís prononciat aus « Calams » biarnés 2016, on èri lo pairin.
(Traduction en-dessous)

Aqueth lòc a on èm –Parlament de Navarra- que m’a brembat un eveniment istoric qui s’i ei debanat quate sègles a…. Tots qu’at savetz de plan, lo Biarn qu’estó autes còps independent pendent sègles e sègles, a’s gavidar tot sol. A pròva, en 1539, Francés lo purmèr que promulguè un edicte peu quau qu’èra d’ara enlà obligat d’emplegar lo francés peus tots actes oficiaus, juridics e administratius… Que s’aperava l’edicte de Villers-Cotterêts. Totas las regions e províncias de França que s’i pleguèn sonque un : lo noste Biarn.
Badonc aqueth diktat, los Biarnés que contunhèn d’emplegar la loa lenga entà tots los actes qué que sian, quasi un sègle de mei. Per’mor en octobre 1620, que ns’escadó un miscap deus maishants : lo pròpi hilh d’Henric lo quate, Lois XIII –un tradidor- , que ns’arribè aquiu dab un escabót de la soa armada tà’ns sosméter. Ne l’estó pas briga mau aisit per’mor qu’avè hens la plaça mantuas complicitats, de tot çò qui èra deus gentius catolics biarnés, qui avèn preparat e facilitat aqueth desbarcament a l’esconut, atau com lo gobernador eth-medish. Lo rei que pren mantuas decisions e qu’institueish lo parlament de Navarra, e que hè obligacion de redigir e de parlar sonque lo francés aquiu dehens, en lòc medish a on èm.
Totun los Biarnés qu’arrosseguèn l’espartenha, qu’esperlonguèn, e n’ei pas sonque cinc annadas après l’annexion deu Biarn en 1625 que comencè vertaderament lo parlament, a foncionar –ua annexion qui s’aperava totun oficiaument edicte d’union-. En seteme 1625, qu’ei l’avocat Arnaud de Bòrdanava que digó lo devís d’ubertura, que’vs vau léger. Aquiu que vau rectificar ua enganada, ua error, vielha de quate sègles, per çò qui l’autor e laudè la lenga deu país dab ua auta lenga, dab la lenga mestrejanta.
Jo que vau hà’u donc en lenga nosta : « Abans [l’edicte d’union], lo Biarn que coneishè entre autas lengas, que la deu país. Qu’èra en aquesta lenga que tots los actes qu’èran concebuts en aquestas companhias sobiranas, e qu’èra en aquesta lenga que s’i dava e mandava justicia. L’usatge au rèste qui n’èra si universau, que l’avè tan lissada e cultivada, sustot au palai (aus aròus deus capulats), que gausi díser dab libertat qu’après la lenga purament francesa ( !!!) , ne n’i a pas nat d’entre tots los idiòmas deu reiaume, qui l’estó comparadiís en la proprietat deus sons tèrmis hòrt sinhificatius, en la brevetat de la frasa, en la bontat de l’accent, e en mantuas autas agradanças qui pòden balhar estima au lengatge. Que’ns agradava autan hòrt religiosament ; que i èram medish tan hòrt estacats per affeccion, que la sola pensada de l’avalir o cambiar-la qu’èra odiosa…. »
Petita precision, la vielha institucion deus Estats de Biarn que contunhè d’emplegar lo biarnés peu tots los escriuts qué que sian, dinc aus entorns de la Revolucion… E donc lo noste Bòrdanava que s’auré podut anar pleitejar en biarnés en çò de la vielha institucion.

Aqueth lòc qu’avó totun miélher hat, que lo de vàder lo lòc de l’ordi e de la sosmetuda ; un hat notader, per’mor qu’ei aquiu que s’amassè lo comitat de liberacion locau per la darrèra guèrra, lo 21 d’agost de 1944, devath la direccion d’un cèrt Bòrdalonga. Atau lo parlament qu’a corrut en l’espaci de quate sègles…, d’ua bòrda a l’auta… de Bòrdanava a Bòrdalonga… Qu’ei autant mei arrideder que se n’ei totun de chic de causa, vertat, que’s mude, aqueth lòc, en bòrda.

*
***

 

Discours aux « Calams-Plumes » béarnais 2016, prononcé en tant que parrain.

 

Cet endroit où nous sommes –Parlement de Navarre- m’a rappelé un évènement historique qui s’y est déroulé il y a quatre siècles de cela. Vous savez tous que le Béarn fut indépendant durant des siècles et des siècles, à se gérer de manière autonome. Pour preuve, en 1539, François I° promulgua un édit –l’édit de Villers-Cotterêts- selon lequel il était dorénavant obligé d’employer le français dans tous les actes officiels, juridiques, administratifs …etc. Toutes les régions et provinces françaises s’y plièrent sauf un : le Béarn. Malgré ce diktat, les Béarnais continuèrent d’employer leur langue pour tous les actes officiels quels qu’ils soient, presque un siècle de plus. Mais au mois d’octobre 1620, il nous tomba dessus une tuile : le propre fils d’Henri IV –Louis XIII- le traître, débarqua chez nous avec une petite armée, pour nous soumettre. La tache ne lui fut pas difficile car il avait dans la place maintes complicités, à commencer par les nobles catholiques béarnais, ainsi que le gouverneur soi-même, mis en place par Henri IV, qui avaient préparé et facilité en douce, ce débarquement. Louis XIII annexe donc le Béarn, bien que l’édit y faisant référence s’appelle édit d’union. Il prend plusieurs décisions, dont celle d’instituer le Parlement de Navarre, en faisant obligation de n’y parler et de n’y écrire qu’en français. Toutefois les Béarnais temporisèrent et ce n’est qu’en 1925 –cinq après l’annexion dite officiellement édit d’union- que le parlement commença à fonctionner vraiment. En septembre 1625, l’avocat Arnaud Bordenave prononça le discours d’ouverture, que je vais vous lire. Ici je vais rectifier une erreur de quatre siècles, car l’auteur loua notre langue, mais il le fit en français, la langue dominatrice. Je vais donc rectifier une erreur, une tache, de quatre siècles, en lisant ce discours en béarnais.
Il dit ainsi : « avant [l’édit d’union]le Béarn ne cognoissoit entre autres langue que celle du pays. C’étoit en cette langue que tous actes étoient conçus dans ces compagnies souveraines, et c’étoit en cette langue que l’on rendoit et demandoit justice. L’usage au reste qui en était si universel l’avoit tellement polie et cultivée surtout dans le Palais, que j’ose dire avec liberté qu’après la langue purement française (!!!) , il n’y a pas aucun d’entre tous les idiomes du Royaume qui lui fut comparable en la propriété de ses termes très significatifs, en la briefveté de la phrase, en la bonté de l’accent, et en plusieurs autres agréments qui peuvent donner de l’estime au langage. Nous l’estimions aussi fort religieusement ; nous y étions même si fort attachés par affection, que la seule pensée de l’abolir ou changer étoit odieuse. »
Petite précision, la vieille institution des États de Béarn continua d’employer notre langue concernant tous les écrits, jusqu’aux approches de la révolution. Notre Bordenave si attaché à sa langue aurait pu continuer de plaider en béarnais au sein de la vieille institution. Mais ce lieu eut un autre destin meilleur, car le 21 août 1944, se réunit ici le comité départemental de libération, sous la direction d’Ambroise Bordelongue.
C’est ainsi qu’on est passé de Bordenave à Bordelongue, d’une borde (grange) à l’autre. C’est d’autant plus curieux que ce lieu-même a failli par le passé devenir une (borde) grange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s